Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘imagologie’

 

 

Nous avons tous des pensées stéréotypées à propos de certaines cultures, parfois basées sur nos propres expériences, parfois pas du tout. Pensons au Néerlandais avare avec les cheveux blonds et le pantalon trop court, à l’Anglais galant et bien stylé qui sirote son thé, pensons au Casanova espagnol qui fait une petite sieste, à l’Allemand ponctuel ou au Russe froid qui n’a aucun problème à enchaîner les verres de vodka…

Les stéréotypes sont de tous les temps et de toutes les cultures, et ils sont confirmés et renforcés davantage par leur présence dans la littérature et dans les médias. La discipline qui s’occupe de cette création d’image s’appelle l’imagologie. Malgré le fait que la recherche imagologique est rare, c’est tres intéressant. Un vrai pionnier de ce domaine est Joep Leerssen, professeur de littérature européenne moderne au sein de l’Université d’Amsterdam. Il a publié le livre Imagology. The cultural construction and literary representation of national characters, dans lequel des stéréotypes de différentes cultures et nationalités à travers l’histoire sont décrits.

Une approche plus récente, on la retrouve chez Ferber & Davies. Dans leur livre Pardon our French: French Stereotypes in American Media, ils se focalisent surtout sur l’image que les Américains ont des Français. Ils sont entre autres perçus comme romantiques, séduisants, antipathiques, arrogants, pédants, autoritaires, chamailleurs, négatifs, égoïstes, immoraux, gourmets et élégants. En plus, ils sentent mauvais, ils ne se rasent pas, ils discutent sans prendre des décisions, ils ne respectent pas les règles, les échéances et les procédures, ils font la grève tout le temps et ils fument constamment.

Ces stéréotypes sont entre autres confirmés dans les romans de Stephen Clarke, comme God save la France et God save les Françaises. Clarke est un auteur britannique qui habite depuis longtemps en France. Ses romans – originalement en anglais – décrivent d’une façon humoristique l’intégration du protagoniste, l’Anglais Paul West, en France. Les différences culturelles entre la France et l’Angleterre sont amplement décrites, juste comme de nombreux aspects de la culture française. West va à Paris avec des opinions fortement stéréotypées et une fois arrivé, il vérifie si tous ces clichés sont vrais ou complètement inventés.

Pour conclure, quelques passages drôles de God save la France, remplis de stéréotypes français :

  • OK, tout ça est très constructif, dit Jean-Marie. Une vraie réunion à l’anglaise. On prend des décisions. Des décisions? On n’arrive pas à se mettre d’accord, donc on engage un consultant qui se laisse corrompre pour retenir les idées les plus bêtes. À moi, ça ne paraissait pas très constructif.

  • HLM (Elle épela le mot en anglais.) Ça veut dire habitation a loyer modéré. Des appart’ pas chers. (Elle gloussa.) Mais les occupants sont tous avocats, médecins, etc. ou fils et filles et amis de politiciens. Papa m’a eu le mien par un copain à l’Hôtel de Ville.

  • Il expliqua que le serveur voulait encaisser maintenant car, comme tous les serveurs syndiqués de Paris – soit la majorité des pingouins en veste noire, presque tous mâles, bizarrement -, il se mettait en grève à partir de maintenant, 13 heures.

  • Aux autres tables, les gens se lançaient dans le même deal mais le serveur les engueulait ou les ignorait.

Des informations supplémentaires :

Une petite vidéo sur le Français stéréotypé :

http://www.youtube.com/watch?v=ERD2TnMNH98 (version anglaise)

http://www.youtube.com/watch?v=OCIAyHEFTrQ&feature=relmfu (version française)

Plus d’informations sur Stephen Clarke et ses romans :

http://www.stephenclarkewriter.com

Publicités

Read Full Post »